le petit monde québécois d'aurélie

tout a commencé le 21 octobre 2005

la remontée du Charlevoix en non blog… 31 mai 2006

Filed under: blog — Aurélie @ 14:02
 
C’était il y a quelques jours, quand le  nous boudait encore et que la  nous lachait pas. Qu’importe, notre voiture Communauto nous attendait (système de partage de voiture entre plusieurs personnes, pratique et pas aussi cher qu’une location) et la jolie région du Charlevoix aussi !
 
Vendredi 19 en route pour mes premiers km québecois. Oula c’est que je n’ai jamais conduis ici moi Mme, c’est que j’appréhende, Mine de rien une foule de choses diffère ici, rien que les feux appellés lumières sont situés de l’autre coté de la rue, en gros si vous vous arrêtez au pied, vous vous retrouvez au milieu du carrefour. La priorité à droite y’en a pas, oubliez aussi les ronds points ou les lignes blanches signalant les stop, qui fleurissent, à gogo, les rues. On trouve la voiture, on monte dans la voiture, on démarre la voiture…(ouai ouai bon elle va pas nous compter les moucherons sur le pare brise non plus…) et là impossible d’actionner le levier de vitesse de Mme, voila que moi je suis une automatique et que je vais te coincer sur ton parking spèce de francaise va ! Nous voila qui téléphonons à communauto "votre auto elle démarre mais elle roule pas… hein ??? quoi ??? je dois peser sur le frein pour cela…ah oui tiens ça se débloque dis donc!!!"  bah quoi fallait le savoir… vous penserez bien à moi tiens le jour ou vous en croiserez une d’automatique.
 
C’est parti direction Québec city…non, non Aurélie on ne change pas les vitesses… dur d’échapper à ses vieux réflexes. Il tombe des cordes, encore heureux que j’ai trouvé les esuis glaces.
 
A Québec nous avions loué un appart’. Situé non loin des plaines d’Abraham : le quartier idéal pour faire la ville à pied si le soleil avait été avec nous. Là j’ai du tester ma conduite en ville et mon sens de l’orientation (merci papa, maman de m’avoir livré avec une bonne mémoire visuelle et m’avoir fait découvrir cette ville depuis ces 15 dernieres années ). J’offre à mes co voyageurs un Québec by nigth des plus consolants.
Le lendemain les nuages envahissent le ciel mais cessent de pleurer. On va retrouver Lise, c’est toujours une très grande joie pour moi de passer du temps avec elle, ici c’est ma famille, elle est liée à moi depuis si longtemps, nous avons un fort lien. Elle me fait rire et c’est un guide d’une très grande qualité (avec tous ces francais qu’elle accueille, son tour de ville s’enrichit et devient l’un des meilleurs hiii ).
La réserve indienne Hurons est situé non loin de Québec. C’est devenue maintenant à 99 % un village tout ce qu’il a de plus québecois, peu de signe de distinction. Sauf qu’ici vous ne pouvez resider que si vous avec des racines amérindinennes. S’ensuit un certain nombre de privilèges : vous ne payez que la maison et pas le terrain sur lequel vous la constuisez, vous êtes exempt de certaines taxes et autres impots, et vos études universitaires vous sont plus ou moins payées. Tout cela attire beaucoup de convoitises et d’incompréhension pour les autre québecois. La question amérindienne est ici un véritable enjeu politique et source de conflits permanents, chacun arguant de ses bons arguments "cette terre nous appartient" pour les amérindiens "vous êtes déjà très subventionnés et aidés" pour les politiques…Cela me fait beaucoup penser à la problématique Corse, chez nous.
 La visite du village traditionnel est donc parsemée de faux vrais objets d’époques et de nombreux messages plaintifs et plus ou moins démagogiques, piège à touriste assuré, mais ça fait rever… Il faudrait aller dans le grans nord maintenant, ches les inuits, pour trouver encore des traces de leurs pratiques ancestrales…à Lorretville les crêtes indiennes sont en plastique !!!
 
Dimanche matin, nous prenons la route vers la magnifique région du Charlevoix. Pour vous décrire ce qui nous attendait, imaginez un large fleuve : le Saint Laurent, suivre la cote parsemée de monts et massives collines ouvrant régulierement sur de profondes baies boisées. Des paysages grandioses sur 200 km, un sentiment de quiétude s’empare de vous, votre tête est en rotation permanente pour tout voir, tout apercevoir. Le soleil joue à cache cache avec les nuages, les sapins offrent une palette de vert comme j’en ai rarement vu (imaginez ceci a l’automne pfffouuu ) les nuages se suspendent au dessus du fleuve, l’eau prend des reflets toujours plus différents, les bancs de sables s’étalent de tout leur long. C’est ça le Charlevoix, vous manquez de souffle tellement c’est beau !
 
Sainte Irénée, petit village de villégiature sur la route 362. Une descente vertigineuse et splendide nous dépose le long de la plage de sable ( non,non pas tres fin, mais presque ). Un filet de peche et une cabane sont installés là. Et manisfestement la pêche est bonne, ils ont pris 4 à 5 grand seaux (appellés ici chaudières ) de caplans, sorte d’éperlans pendant les 30 min où nous étions là.
On grimpe une jolie cote à 18 %, je sais pas si vous visualisez, mais ca grimpe méchant ça. Nous voilà rendus à notre maison pour 2 jours. Je dis bien notre maison parce qu’on si sent vraiment chez soi. Le Rustique, belle maison centenaire, nous accueille : Diane Lapointe (si c’est pas québecois ça ). L’accueil elle s’y connait croyez moi. J’étais venue ici il y a 4 ans et pleins d’images me reviennent, le bébé assis sur le comptoir est devenue une jolie petite fille de 6 ans, mais toujours aussi farceuse… et la maison, ah la maison… décoration simple mais avec beaucoup de gouts (chez les québecois c’est rare !). Notre chambre avec petit salon, vue sur le saint laurent est des plus agréable, et je ne vous parle pas de la salle de bains qui brille tellement qu’on se demande si ils l’ont pas installés ce matin.
Nous soupons (le diner c’est le midi ) ce soir là chez Diane dans la salle à manger, vue sur le saint Laurent encore et toujours. Quelqu’un qui sait aussi bien agencé une maison, ne peut que aimer bien manger. c’est le cas, c’est joliment présenté, mais attention hein pas genre gastronomique français avec 2 carottes et une tomate cerise et zou un quart de pommes. Non là c’est aussi beau que copieux et bon. Le Rustique sera un passage obligé dés qu’on ira dans cette région…on a déjà hâte d’y revenir…ce sera comme visiter la famille.
 
Le lundi nous continuons notre ascension vers le Nord toujours le long du fleuve. Diane nous avais indiqué de passer "Baie des rochers", soi disant l’endroit qu’on refile aux gens qu’on aime. Je sais pas vous, mais pour nous le Canada c’était des forets immenses, des montagnes, des cabanes nichées au bord d’étendue d’eau, des ponts de bois, des cours d’eau, un calme total…la carte postale quoi ! Baie des rochers c’est cette carte postale, c’est fou dans sa tête comme ils disent…on a capoté bien grave…on y retournera c’est sur…parait qu’au bout des sentiers y’a une belle plage sauvage…on ira !
 
 Lundi après midi, arrivée au terme du Charlevoix : baie Sainte Catherine, à gauche l’embouchure du fjord du Saguenay qui se jette dans le Saint Laurent toujours à notre droite, en face Tadoussac (si vous suivez pas pouvez toujours voir la carte en bas). L’extrémité nord du Charlevoix est connue pour être le lieu d’observation des baleines. Les panneaux pour annoncer les excursions envahissent les bas cotés de la route. C’est pas l’arnaque qui manque, la saison démarre vraiment qu’en juillet, mais là des mi mai on vous propose de monter dans leur traine couillons à gros moteurs qui font même fuir la moindre poiscaille. Bref un conseil si un jour vous venez, évitez Tadoussac ! Si vous voulez voir des baleines, montez aux Grandes Bergeronnes (30 km au nord ). Une fois passé la foule de bateux et zodiacs, vous verrez que comme nous les baleines aiment la quiétude du fleuve.
 
Pour traverser le fjord, pas de route, ni de pont, juste un traversier. Toutes les 15 à 20 min, 24/24 (mieux que le métro de Mtl dis donc ) et gratuit !!!
Avant ça nous avons fait une petite halte sur un belvédère. Bien belle idée que nous avons eu, puisqu’une dizaine de bélougas nageaient dans les eaux saumatres de la baie Sainte Catherine…joli spectacle, très émouvant.
 
la suite demain… le travail m’appelle…
Publicités
 

blog rose ! 30 mai 2006

Filed under: Divertissement — Aurélie @ 11:49
      La famille s’agrandit !!!
 
 
Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, et les autres…nous avons l’immense bonheur de vous faire part de l’arrivée de mlle Méthys dans notre humble foyer ! Méthys a 2 mois, 3 couleurs, mesure 20 cm de haut, doit peser dans les 700 g (pffou j’en sais rien moi ), a des yeux a mourir tant ils sont beaux, une energie que tu te demandes ou c’qu’elle la trouve, et un coté chien puisque son passe temps favori c’est de nous suivre constamment et de nous lecher dés qu’elle le  peut.
 
Voila elle est arrivée chez nous le jour de la fête des mères, faisant de nous 2 mamans de bêtes à poils totalement gaga. Elle est adorable, magnifique (non mais je vous jure c’est simple c’est la plus belle ), pi un sacré caractère déjà !!!
 
Reste plus que le gouvernement nous accorde notre congés de maternité félin, on se bat et on y croit. L’éducation de nos progénitures en dépend !
 
Sur ce miaouu miaaouu et comme dirait Méthys slurp slurp ! 
 
 
 
 
 

curiosités montréalaises pour non blog… 9 mai 2006

Filed under: blog — Aurélie @ 13:56
chers fans et non fans (et là tant pis pour vous ) … me voila trouvant quelque courage pour tapoter quelques lignes… faut dire je suis plus enclin à errer l’appareil photo à la main, qu’à vous compter tout ce que mes petits yeux voient de cette ville…
 
pourtant ce regard neuf de la jeune immigrante, je l’ai encore un peu, il se perd vite… Je vous assure que c’est très agréable de déambuller dans les rues, t shirt, appareil photo et yeux de touristes. J’avais fais ca il y a quelques jours, essayer de redecouvrir ma ville, regarder avec vos yeux et vous montrer tout ce qui ici peut être surprenant…je m’en vais vous conter cela… ( si yen a 2 qui suivent, ils sauront que je fais références aux photos intitulées curiosités montréalaises )
 
Tout d’abord le métro…ahhh le métro…c’est quelque chose ici… je dois passer 80% de mon temps de grognage contre la STM societe de transport montreal…ou plus communement appellée Salaries Toujours Malades,ca donne une idée!  Ici ya 4 pauvres lignes, 15 à 20 min de marche entre les stations, et aux heures de pointe une rame toutes les 10 min…je veux pas faire ma parisienne, mais forcement les premiers temps tu te demandes si c’est pas une blague…un métro toutes les 2 min j’hallucinerais au bord du quai quand je rentrerais à Paris ! Je vous passe les multiples pannes et autres interventions d’ambulanciers, bah oui même ici ya des gens prêts a attendre 10 à 15 min pour se suicider. Vu que pour me rendre dans le centre ou à mon travail, j’ai le choix d’une seule ligne, bah quand elle marche pas, oublie ca et prend le bus… sauf que dans ce cas là on est un cinquantaine à avoir cette idée. Et comme vous le verrez,ici ca niaise pas pour entrer dans le bus, on fait la file…et certaines peuvent être impressionnantes…Je pousse et je me fais une place, on oublie aussi, niark niark, dommage…vive le taxi qui te fait 36000 détours et te pique 20 $ pour aller bosser quand il te faut 2 heures pour les gagner.
Encore je ne vous parle pas de ces portes battantes à l’entrée des stations, c’est censé couper le vent,mais ca doit couper une ou deux mamies chaque hiver tant elles sont lourdes. Le sport national consiste donc à se faufiler entre pendant que d’autres les tiennes. Pour certains elles seraient électrifier qu’ils y toucheraient pas plus. Les premiers jours ça enerve et ça surprend,quand tu t’es mangé la porte plusieurs fois, tu sais toi aussi doser ton effort pour n’avoir que l’espace pour ta petite pomme.
Une fois à l’intérieur tu n’es toujours pas au bout de tes peines, non, non. Entrer dans la rame…ça c’est simple suffit de s’engouffrer dedans dés que les portes s’ouvrent…pratique ici les gens ne font que y entrer dans les rames!…en tout cas au vu de l’attitude des gens c’est ce qu’ils doivent s’imaginer.
 Parce que oui le plus difficile c’est d’en sortir. Devant les portes tu as un espèce de périmètre magique que chacun essaie de s’appoprier et surtout de ne pas en bouger quoiqu’il advienne. Si par malheur ta station arrive avant que le métro soit vide, il te faut donc escalader ce troupeau, qui te regarde ahuri que tu oses les bousculer d’un demi centimètre pour juste pouvoir descendre.
Admettons que tu traverses sans encombre ce périmètre miné (chanceux que tu es ), il te faut cette fois ci affronter le flot des nouveaux conquérants qui veulent eux aussi un petit bout de paradis. Quoi se ranger sur les cotés pour laisser descendre et monter ensuite????, doivent meme pas imaginer que c’est possible. Je me rappelle les premières fois ou je le faisais, je me retouvais sur le quai devant ces visages hostiles posés sur leur périmètre magique, prets à me dévorer si j’imaginais entrer dans la rame. Je fais donc comme tout le monde je me met au milieu de la porte et je rentre en baissant la tête surveillant le périmètre magique… il m’arrive même les jours de grande folie, de grogner ceux qui essaient de me bousculer en ayant pour seule excuse de vouloir sortir, quel audace je vous assure…
Je vous l’ai dis la STM, ca me rend dingue…
 
La grande maison que vous voyez ensuite, c’est la maison d’Hérelle, là ou j’exerce mon art hiiii ! C’est une vieille maison, très traditionnel et représentative de celles qu’on trouve dans cette rue, l’intérieur est magnifique. Il s’en dégage quelque chose de particulier…beaucoup d’âmes s’y promenent depuis plus de 16 ans… Ceux à qui j’en ai parlé, savent mon attachement à ce lieu et aux gens que je cotoie…j’aime cet endroit, je m’y sens chez moi…je suis attaché aux personnes avec qui je travaillent (vive le Québec ou tout ca peut s’exprimer si naturellement ). Je  suis fan de pas mal d’entres eux, les Roland, Mado, Marc André, Michel et Michèle, Karl et autres Amélie et Caroline… je voudrais que vous puissiez les connaitre.
 
On continue notre descente vers le sud de la ville, pour arriver sur la rue Sainte Catherine, sorte de quartier général de la pauvreté et du deal, certains guides parlent encore d’un quartier touristique…je le trouve de plus en plus misérable et moche…j’étais bien la seule ce jour là à prendre des photos.
 
Rencontre avec le magasin Jean Coutu. La mecque de l’hypocondriaque, une institution. Tout ce qui pousse et se ramasse dans la nature se retrouve ici en capsule. L’automédication ca s’apprend dés le berceau ici, faut dire le système de santé est public et gratuit pour tout le monde. Se produit donc un engorgement terrible et un temps d’attente considérable. Les québecois sont donc aussi obsédés par la santé qu’ils sont mal soignés. Y’a autant de rayons que de maladies, on se ballade de la flatulence au nez congestionné en passant par l’infection à levure (me demandez pas c’est quoi, je suis sure qu’ils connaissent des maladies qu’on a même pas encore identifié). Si les québécois n’étaient pas de bons étudiants en médecine couplé à de bons apprentis en pharmacie, Jean Coutu ferais faillite.
 
A quelques pas Dollorama, une autre institution, on en trouve un peu partout dans Montreal. Principe ultra simple, tout est à 1 dollar, de la passoire, à la mug en passant par la serpillère ou la canette de jus de fruit. On doit donc être quelques milliers à avoir la même balayette à wc made in dollorama. Une promenade dans ces rayons c’est aller de surprises en surprises, la cour aux miracles! Les Pez, qui n’a pas dévoré ces bonbons là quand il était petit, si si vous savez, vous levez la tête de la bestiole et le bonbon il sort. Pi c’est ti pas bo ça pour 1 $ tu as un bidule à accrocher à ton auto et ça fait fuire les animaux…si ça c’est pas un miracle!
 
Si vous continuez sur la rue Ste Catherine, vous arrivez dans le quartier gay de Montreal. Heureusement que le drapeau flotte à chaque devanture sinon vous pourriez bien le traverser sans vous en rendre compte, c’est très petit, vous en avez vite fait le tour! Ceci étant dit, avoir une station de métro aux couleurs du rainbow flag il fallait le faire! Immiger le premier été ou Montréal organise les jeux olympiques gays, un autre petit clin d’oeil à cette ville de tolérance… bon ça on s’en reparlera, parce que ça mérite d’être un peu nuancé.
 
Je parle, je parle mais c’est que mes nouvelles fonctions m’appellent… oui oui tel que vous me voyez là, je peux vous le dire, le pays de l’oncle Sam est vraiment celui ou on peut saisir sa chance pour peu qu’on en ai envie ! En 5 mois et demi, j’ai pu élargir mes fonctions et quitter quelque peu mon statut d’intervenante de base pour obtenir 2 missions supplémentaires : responsable d’un programme d’échange avec un organisme qui oeuvre en prévention à Montréal… et, et , et superviseuse de l’équipe sur appel de la maison d’hérelle – équipe à laquelle j’appartiens et que j’intégrais il y a peu !
Vous n’y comprenez rien… c’est normal ya 6 mois, j’avais aucune idée de ce que signifait ces mots… depuis je suis en Amérique, j’ai fais preuve de motivation, on m’a fait confiance et j’ai saisi ma chance et … Je peux vous l’avouer…je suis très fière de mon petit parcours…
 
à bientot pour la non suite de ce non blog
bon gros non baisers…