le petit monde québécois d'aurélie

tout a commencé le 21 octobre 2005

quand ça se fache sur non blog ! 21 novembre 2006

Filed under: blog — Aurélie @ 17:13
 Depuis quelques jours, sur le net, à la tv… un débat s’empare du Québec. A coups de petit pics et mauvaises blagues 2 communautés : francaise et qébécoise, s’affrontent autour de la vision qu’a chacune de l’autre  et vice versa. Tout cela a commencé par une émission dimanche soir, un espece de talk show humo-mediatico politique : On n’a pas toute la soirée. Je vous avoue, je ne l’ai jamais vraiment regardé et je ne saurais dire si c’est de qualité ou pas… toujours est-il que je n’ai jamais accroché en zappant dessus contrairement à beaucoup d’autres émissions québécoises (tout le monde en parle, la fosse aux lionnes, enjeux, francs tireurs, découvertes…) c’est peut être un indice de qualité.
 
Dimanche dernier cette émission a présenté un sketch intitulé "maudits francais", le principe : l’animateur Eric Salvin, se rend à Paris en safari pour capturer un maudit francais, le ramener au pays, histoire de l’étudier et l’éduquer. Je vous passe les propos qu’on entend au cours de ces 20 min, pour resumer le francais pue, il est bete comme ses pieds et n’a aucun gout, il est bien entendu chialeux et sans interêt… On le voit se faire asperger de détergent tout habillé dans une baignoire, on est bidonné à chaque fois qu’il tente de dire 2 mots.
Bref c’est censé être drôle et de l’humour. Quand j’ai vu cette émission il y a quelques jours, j’avoue avoir été genée et vexée, je trouve que c’est de l’humour qui dérape, raciste et insultant. A l’époque où Thierry Ardisson se moquait de l’accent québecois, ici cela était vu comme un grave affront ( et peut être à juste titre ), on ne lui a jamais pardonné. Nous francais, nous avons été mis dans le meme panier pendant des années… et c’est avec temps et patience que nous avons pu nous démarquer de ces railleries taquines. Je me dis bon sang certes ces remarques étaient puériles et fatiguantes, mais à coté de ce sketch, étais ce si grave… si nous avions été aussi moqueurs et durs mais ils nous auraient fermés la frontiere !
 
 Je trouve ca bien dommage que nous en soyons encore a s’affronter sur nos differences, oui on a une histoire commune, mais on est differents, point voila tout. Les quebecois ne sont pas mieux ou pire que nous, nous ne sommes pas plus ou moins instruits qu’eux, on ne néglige pas plus notre hygiene qu’eux, ON EST JUSTES DES FRANCOPHONES avec nos différences. C’est bien cela qui est riche de vivre ensemble, d’échanger… j’aime parler avec nos amies québecoises de ce que l’on est, de nos différents points de vue, elles n’ont jamais pensés pour autant m’être supérieur, ni moi non plus.
 
Le debat se prolonge et s’enflamme sur les blogs des francais immigrants au Quebec, ceux qui voient le pays tout en rose, les autres tout en noir, chacun s’accusant d’irréalisme et de mauvaise foi. Pour moi ils ont tords tous les deux, je trouve ça aussi stupide de dire à quelqu’un pour qui le Quebec est difficile " bah retournes chez toi " , que t’entendre "les québecois ils sont comme ca, comme ci… puis ils veulent pas que je m’intègre". Acceptez bon sang que nous ne sommes plus des frères, ni même des cousins, mais que beaucoup d’entre nous ont choisi de vivre ensemble malgré tout, aiment à confronter leurs valeurs et leurs atouts, sans que ça tourne à l’insulte stupide, généraliste et sans fondement.
 
Tant que 2 communautés s’affronteront sur ce qu’elles ne sont pas ou devraient être, qu’on voudra mettre tout le monde dans le même sac, on ne s’en sortira pas. Chacune voulant un droit de réponse et les débats ne seront plus qu’empreint d’intolérance et d’irrespect, je pense qu’il y a une autre voie que celle prise ces derniers jours.
 
J’ai hésité a mettre sur mon non blog les liens vers l’émission et les prises de parole qui ont suivis, après tout on les trouve partout sur le net. Je pense que ça peut vous aider à vous faire votre propre avis.
 
Ces débats et chicanes me consternent, ils sont stériles et affligeant. Je suis persuadée que dans les deux communautés une grand majorité d’individus ne se sentent aucunement représentés par ces gens là.
 
 
 
http://216.113.27.249/lcn/actualite/arts_spectacles/20061119 Eric Devin, président de l’association des francais unis du Québec demande un droit de réponse
 
Ah c’est beau l’amour !
 

quand un colin croise un brocolis sur non blog ! 18 novembre 2006

Filed under: blog — Aurélie @ 16:35
 
 
    La parade ! ah la parade ! toute fête ici est l’occasion d’une parade, celle du carnaval, celle de la gay pride, celle de la Saint jean… et cette après midi c’était la revue de troupes de Mr le père noël ! La rue Sainte Catherine s’est vue envahir de lutins, d’ours et autres clowns… Tous les parents de Montréal étaient là. Nous n’avions jamais vu autant de poussettes dans le métro.
 Des bien organisés étaient installés au bord du trottoir, assis dans leur fauteuil de toile, version mini, bien emmitouflés sous leur couverture. Ah oui dans chaque parade y’a toujours les prévoyants qui sont là une heure à l’avance histoire de se retrouver au premier plan dans un confort digne de leur salon, le regard un peu dédaigneux sur ceux qui trépignent en attendant debout derriere eux. Bah oui parce que le propre d’une parade c’est de faire le planton pendant que tous les chars se préparent et viennent vous passer devant la face… en gros tu attends autant de temps que tu vois la parade. Je crois qu’à chaque fois que j’assiste à un truc de ce genre, je me dis toujours  " ouai tout ça pour ça !"
 
 Sauf qu’aujourd’hui nous avions la meilleure des motivations : y aller pour faire plaisir à un super petit gars : j’ai nommé Colin. C’était vraiment chouette de voir ses petits yeux brillants devant les personnages peluches, les acrobates sur leurs échasses, les playmobils taille humaine, et celle qui a piqué la vedette au gros monsieur rouge et blanc : Annie Brocoli, idole des petits culs d’ici, sorte de Dorothée, en plus intelligente et moins mercantile. Colin ne voulait même pas croire que ça puisse être la vraie, c’était vraiment drôle de le voir la regarder.
L’avantage d’aller à une parade avec Colin, c’est qu’avec lui tu ne loupes rien, il a l’oeil partout, te voit le moindre ballon qui s’envole… et je vous le confirme, de l’avis de notre coco "les ballons de la fête des neiges ils sont énormes, très énormes".
 
Arrêt repas, histoire de se réchauffer et de se raconter toute cette folle aventure, de s’expliquer pourquoi le père noël ne donnait pas de cadeaux ce matin. Notre version c’est qu’il vient à la rencontre des enfants pour s’assurer qu’ils ont été sages et qu’ils mériteront de belles surprises le 25 décembre, pas mal hein ! Colin a d’ailleurs bien vu notre clin d’oeil complice avec papa noël pour lui dire Colin il est merveilleux, dis à tes lutins de se mettre à l’ouvrage ! Notre route croise : Mikes, restaurant de pseudo bonne bouffe, mais ça reste du fast food… Je pense qu’on a offert un bon moment à notre petit gars, et nous, nous avons été aux anges d’être avec lui.
 
Quelques fois le bonheur c’est simple comme une parade.
 
 

Quand des papilles se posent sur des pop tarts sur non blog ! 13 novembre 2006

Filed under: blog — Aurélie @ 15:26
 
    Je vous en parlais il y a quelques jours, depuis c’est un vrai phénomène, médiatisé, de bouche à oreilles, une vraie folie. Les têtes à claques sont partout, on entend constament parler de leurs sketchs, les répliques sont connues. L’émission "Tout le monde en parle" sur le même modèle que feu celle de Ardisson recevait hier soir les 3 créateurs de ces drôles de créatures, total succés pour eux.
 
    Alors si vous ne m’avez pas encore écoutés, courez y vite, bon vous ne serez pas les premiers à les découvrir, quelques autres millions de personnes les ont déjà visités. Depechez-vous avant que ces joyeux drilles vendent leur âme à de quelquonques publicitaire. On le sait ces mariages aboutissent souvent à une moindre qualité, une perte de créativité, on note déjà sur leur site une évolution bien mercantile, la pub envahit la page, dommage…
 
    Quand je vous dis que c’est bon hein, ostie vous êtes tétus, gang de têtes à claques !
 
   Pour mes fidèles lardons, qui me font confiance et ont donc accourus, voici une photo d’un produit cité dans l’épisode Halloween, les pop tarts. Je connaissais pas et ce n’est pas si évident a trouver. Je comprend pourquoi les québecois les laissent trainer au fond de leur armoire, le gout incitent plutôt a les oublier, bien au fond. Dorénavant je suis parée pour les 3 prochains Halloween, sonnez les petits, j’ai de quoi pour vos paniers !
 
    et toujours pas de neige avec ça…
 

fin des courges sur non blog ! 7 novembre 2006

Filed under: blog — Aurélie @ 13:50
La saison des courges
 
Octobre novembre voient dans toutes les rues de Montréal un grand déballage de orange et autre jaune… les courges d’halloween ! Fête a l’origine française (oula ya de cela bien 200 ans, si bien que personne ne s’en souvient  http://www.orenoque.com/halloween-histoire/ ) repris depuis par nos chers américains de voisins. C’est donc extremement fêter ici au Québec, les citrouilles découpées sont sur les palliers, les sorcieres sur leur balai et les toiles d’araignées viennent vous balayer le visage… le soir du 31 octobre, les fées, squelettes et autres corsaires ou Harry Potter, taille mini, viennent sonner à vos portes pour vous dévaliser les bonbons durement acheter par sacs de 5 kg dans tous les bons zellers de Montréal. Sal temps pour les gourmands. La tradition (comme le disent les têtes à claques ! ) veut qu’on sonne seulement aux maisons décorées… manifestement pour cela aussi, on respecte la règle, puisque aucune sonnette n’a retentit à notre porte ce soir là. J’avais prévu le coup et annoncé "le premier qui sonne ici je lui bouffe tous ses bonbons " … mais non je ne l’ai pas fait… j’y avais juste pensé, aux cas ou j’aurai besoin de représailles face à l’agression du carillon. Les citrouilles pourrissent donc depuis quelques jours, gare à ceux qui l’avaient tailladée bien avant le soir de l’halloween, parce que ca se garde pas longtemps un fois opérée de la sorte.
 
La pourriture de la citrouille c’est aussi la fin de l’automne, les premiers vrais froids, les premiers flocons qui viennent vous chatouiller le visage et rentrer dans votre bouche quand vous parler. Il y a une frénésie du printemps, il y en a une d’hiver aussi. On attend la neige, on essaie les bottes d’hiver, on achète de grosses chaussettes, on parcoure Canadian tire pour calfeutrer les fenêtres, on a des envies de chocolat chaud, on se hate de rentrer dés que le jour baisse, dailleurs la nuit arrive bientôt à 16 h. Cette frénésie reste toutefois moins partagée que la douce chaleur du printemps. Les tannés de l’hiver et de la poudreuse sont nombreux… faut les comprendre, c’est tout de même pour 4 à 5 mois qu’on va s’en prendre. Je fais encore partie de ceux qui attendent cette saison, qui pensent que les arbres maintenant tout nus, il est temps de les habiller de blanc, de ressortir la pelle pour nettoyer les escaliers, que les tempo pour autos soient recouverts de leurs beaux manteaux ( http://www.abristempo.com/fr/index.asp )… j’attend la neige, j’attend de pouvoir entendre ce "schrounch" de tes pas, le ciel bleu océan, et le soleil à peine chauffant. Je rêve de chalet enneigé, de cheminée, de randonnée en foret, du doux silence d’un paysage tout blanc, de la quiétude d’une nature au repos.
 
Le froid est là, la neige pas encore…Il est temps de manger les courges… vous n’imagineriez pas dailleurs toutes les variétés qui existent et qu’il est possible de déguster. La spaghetti, la butternut, la hubbard, la poivrée acorn, la musquée.. en soupe, en purée, au four, en tarte. Le tout est très santé et typique du plat réconfortant d’automne… où la muscade rencontre la cannelle et le vin chaud se parfume des épices de noël. Je vous l’ai dit ici il y a de vrais saisons et c’est assez jouissif de retrouver ce plaisir simple de profiter des joies de chacunes. C’est vraiment ce que j’aime d’ici, retrouver ces petits plaisirs minuscules et autres gorgées de bière 😉 .
 
La chaleur n’est  plus là et Laurence, mon amie, non plus ! Elle aura bénéficiée d’un doux climat pour ce séjour de météo improbable de début novembre. En 10 jours elle a pu visiter de nombreux quartiers de montreal, se faire une idée de chacun, rassembler ce grand puzzle. Je suis admirative de ses découvertes, j’ai adoré son regard et le partage qu’elle nous en a fait, j’ai apprécié son ouverture et sa belle curiosité.  Avec au beau milieu de son séjour, à Sainte Adèle, la jolie surprise d’un chemin lumineux et enneigé d’un paysage des Laurentides. Elle avait chaussé les bottes d’hiver, j’étais partie avec mes petites adidas… comme quoi la plus québécoise n’était pas celle que l’on croit. Tout cela en 10 petits jours, passés vite, trop vite. Louise reste le témoin de nos chouettes moments et de nos rires échangés. Louise quand tu verras ta maman, fais lui un gros baiser pour moi, dis lui que je l’aime… et viens vite me revoir !
 
Couvrez vous mes petis tricolores, parait que votre été indien s’en est allé pour cette année…
Et si on se faisait une bonne soupe de potiron autour du feu de bois…
 
Allez pour enfin éclaircir ce mystère et s’entendre une bonne foi pour toutes, voici comment :
 

Différencier la citrouille du potiron? Observez le pédoncule!

 

Citrouille: un pédoncule rigide,
gros, à 5 renflements

Potiron: un petit pédoncule
sans renflements

 

 

 

amour expresso sur non blog ! 2 novembre 2006

Filed under: blog — Aurélie @ 14:15
 
    Je me dois de partager ce grand et fabuleux bonheur avec vous, je vis quelque chose de magique, d’inattendu …
 
    On s’est rencontrés il y a moins d’une semaine, je l’ai croisée au détour d’un centre commercial, le soir même je l’ai ramenée à la maison, de suite elle s’est installée chez moi, on s’est branchés, j’ai doucement appris a la connaitre, elle est assez simple je dois le dire.
 
     Déjà 6 jours ensemble, je suis la seule a pouvoir la toucher, elle n’obéit qu’à moi, je la regarde dés que je rentre, je la nettoie, l’admire, je lui presse quelques fois les boutons, elle adore ça, je lui donne exclusivement de l’eau et du café et elle vaporise de bonheur, si, quelques fois on se fait de la mousse …
  
    Bref c’est un grand coup de foudre et une belle histoire d’amour, oui amis lardons je vous fais mon coming out, je l’aime !
 
 
 
 
    voici ma nouvelle idole