le petit monde québécois d'aurélie

tout a commencé le 21 octobre 2005

permanente au carré sur non blog ! 8 février 2007

Filed under: blog — Aurélie @ 21:04
Je vous le disais le 8 janvier dernier… l’année 2007 commencait avec de motivants challenges professionnels. En effet, je me voyais confier la coordination du dernier projet de mon organisme. Un gros job, beaucoup à faire, organiser, penser… dans un temps restreint, le truc parfait pour faire ses preuves et montrer enfin de quoi on est capable, de ne pas rester sur ses acquis rassurants.
 
Je suis à fond dans mon nouveau rôle depuis bientot 1 mois, aucun regret, une tête comme un oeuf le soir mais beaucoup de bonheur, un grand plaisir, une petite fierté.
 
Et voila que j’apprend il y a quelques jours une grande nouvelle, tout à fait inattendue… je passe chez les permanents ! Fou, non ?
 
J’imagine que pour beaucoup d’entre vous ça ne veut rien dire, le pire c’est qu’il est difficile de faire un parallèle avec le droit du travail français tant ça ne lui ressemble pas. Pour faire simple, depuis mon arrivée, j’étais "sur appel" , être sur appel signifie très souvent tu travailles quand il y a des trous et qu’on te téléphone pour y aller au pied levé. Bref du précaire, de l’inconfortable, du frustrant. Pour être tout à fait honnête je dois vous préciser que l’organisme pour qui je travaille est le top du top sur les conditions de travail des gens sur appel. Chez nous tu as un planning un mois à l’avance et en plus celui ci est basé sur les disponibilités que tu as données… bien sûr la règle du jeu c’est que tu te dois d’être disponible les jours ou tu dis l’être si on t’appelle… Pour avoir entendu d’autres, nous sommes des privilégiés… n’empêche on est loin du CDI avec tes belles RTT !
 
Une moitié de l’équipe est donc sur appel, et l’autre moitié, les plus anciens sont les réguliers, les permanents. Naïvement je pensais que l’on rejoignais le rang des grands ! quand un d’eux quittait et surtout par ancienneté. N’étant pas la plus ancienne des sur appels (oula je sens que j’en ai perdu certains sur ce coup là) je ne pouvais m’attendre à cette nouvelle. Être permanent ne peut se réduire à un CDI, ça n’en est pas un du tout. Qu’est ce qui sera différent pour moi ? un peu plus de congés, quelques sous de plus…
En fait je ne sais ce que c’est censé changer, et je m’en fiche un peu. Toujours est-il que c’est très motivant, très valorisant d’avoir été ainsi promue. Elle est plus là ma récompense. J’aime cette façon de penser très québécoise, l’anti CGT par excellence, oui tout le contraire de cette manie franco-gaucho-laguilleriste, de negocié la moindre pause pipi, de soupconner son boss de nous avoir sur le pourcentage de l’indice de la sixième ligne de la quatrième page, de se considérer, quoi qu’il arrive, de l’autre coté de la barrière et que la hiérarchie c’est juste pour pourrir la vie des autres, que maintenant on va pouvoir aussi en faire baver à ceux du bas de l’échelle… Non ici ça me semble tout le contraire (en tout cas pour moi et à ma job) c’est une reconnaissance du travail fourni, un encouragement à s’investir, une marque de respect de l’individu. Je ne ressens pas cette esprit de compétition, carriériste que j’ai pu connaître avant.
 
La promotion est au mérite et c’est avec une grande prétention que je me dis "bah oui peut être que je le méritais ! "
 
21 octobre 2006 : Résidente permanente , un an et six mois plus tard me revoila classée permanente ! Y’a du permanent qui dure qu’ils disent !