le petit monde québécois d'aurélie

tout a commencé le 21 octobre 2005

une nouvelle tortue de mer et un ourson mignon à la maison 16 mars 2011

Filed under: Hugo, bébé,Montréal,notre petite vie — Aurélie @ 12:42

VICTOIRE !!!!

Ah oui, oui victoire ! J’ai réussi à inscrire Hugo pour sa 3ème session de piscine : un exploit je vous promet. L’inscription la plus sécuritaire se fait par internet. C’est toujours un mercredi à partir de midi et c’était aujourd’hui ! Mais inutile d’aller inscrire votre enfant à 12h06…il n’y aura plus de place. Pour tout vous dire à 12h04 le cours d’Hugo était déjà complet.

Le pire c’est qu’à chaque cours, les enfants sont 4, 5 maximum. Les parents inscrivent leurs mômes, prennent la place d’un autre parent et ne viennent pas ! Une mère a dit à chouchou l’autre jour : « oh je viens de façon aléatoire » !!! Ça m’enrage. J’imagine si l’inscription se faisait sur place, ca aurait donner un bon crêpage de chignons. En tout cas notre petit poisson va pouvoir encore nous émerveiller pendant 10 semaines. Il est devenu vraiment très très bon et complètement à l’aise dans l’eau…vu sa génétique maternelle, c’est un grand succès.

En plus cet été à la maison de Préfailles, il y aura une piscine chauffée, il va se régaler le boubou.

Il est midi et 5 minutes… suffit de voir

image

Moins demandé et plus relax comme inscription : la gym,  le cours : Le tour du monde de Karibou. Les places sont facilement dispos jusqu’à 12h30, le luxe. La piscine est l’activité de Mouty, la gym est celle de maman, on se partage tout toutes les 2, même cela.

Troisième session aussi pour notre gymnaste, Après poussin coquinpoussns , raton fripon, il sera donc  un ourson mignon . Tant que la grosse mascotte ne pointe pas le bout de son nez, Hugo trip sur l’activité : sauter, lancer des ballons, faire du toboggan…50 min de bonheur pour lui et pour sa maman qui ne se lasse pas de le regarder et de jouer avec lui.

En plus l’activité se tient à Claude Robillard, un grand centre sportif de Montréal ou l’activité physique  est reine. Après le cours, on se ballade dans le centre et on va voir du water polo, de l’escrime, du foot, de la gymnastique, du basket… Hugo sera un sportif, il est physiquement carré et a tellement d’énergie.

À suivre…

Publicités
 

c’est chez nous 14 octobre 2010

Filed under: Montréal — Aurélie @ 22:38

 

week end au jardin 15 juin 2008

Filed under: Montréal,notre petite vie,vie quebecoise — Aurélie @ 21:12
week end chaud, menace d’orage. Résultat quelques nuages, pas une goutte d’eau et beaucoup de soleil…
Un samedi à l’organisation d’une vente de garage au profit de la job, un dimanche a trainer dans les allées du Marché Jean Talon. (trop chaud pour trainer l’appareil photo, dommage! )
Dégustation d’éxcellents calmars frits, picorage de fruits dans les assiettes de présentation (c’est tellement une bonne idée), petit crême glacée noisettes pistache totale naturelle, un peit café journal en terrasse. On remplit le caddy de légumes et fruits frais et on rentre à la maison !
 
C’est pas tout cela, on a un jardin a entretenir ! Z’avez vu ça ???
 
A peine reposées, pas assez, demain ce n’est plus le week-end. J’ai déjà hâte au suivant…
 

Ho-Ma mais Hochelaga Maisonneuve dans le film…. 2 juin 2008

Filed under: Montréal,notre petite vie — Aurélie @ 11:28
C’est devenu un rituel, un jour de fin de semaine pour découvrir un quartier de Montréal, en arpenter ses rues, marcher le nez en l’air, en bas, la tête à gauche, à droite, l’envie de découvrir en alerte, les préjugés et tout ce qu’on a entendus du quartier mis en veilleuse, le temps de faire notre propre découverte. voir, savoir.
C’est super le fun à faire, une sensation de voyager, de changer de peau, de s’ouvrir, de découvrir de petits secrets bien gardés.
 
Il y a quelques jours ce fût le tour du mythique quartier Hochelaga Maisonneuve. Bon si vous ne connaissez pas, quelques recherches google devraient vite vous le caractériser. Au pire, je dis bien au pire, si vous voulez un aperçu cinéma, regardez le film de 2007 Le ring. Bon si vous êtes au bord du gouffre, que votre vie n’a plus de sens, que vous mettez de la bière dans votre café… disons que ce n’est pas la film qu’il vous faut. Ou encore si votre agent immobilier vous a parlé de ce fabuleux condos dans Ho-Ma (nom donné au quartier pas les anti-Ring) à l’angle de viau et ontario, et que vous hésitez, ne le regardez pas non plus.
Je me demande qu’elle était l’idée du réalisateur de ce film ??? Je ne devais pas être dans les bonnes dispositions pour le voir ou peut être que cet aspect réaliste, documentaire, je ne voulais pas le voir, le faut-il ? sûrement…
En tout cas, je ne pense pas que nous aurions fais notre petit trip du samedi dans le quartier, avec la même ouverture, si on avait vu le film avant, il reprend vraiment tous les clichés qu’on en a, c’est totalement déprimant, à voir quand vous ne savez plus quoi faire de votre bonheur extrême et que vos zygomatiques vous font mal à sourire autant.
 
Je ne dirais pas que j’ai adoré au point d’aller y vivre, mais c’est un quartier surprenant, très hétéroclite, c’est le moins que l’on puisse dire. On change d’atmosphère, de décor assez rapidement, de la petite rue de quartier, au coin de rue animé autour du Dairy Queen, du dépanneur qui jase à la porte, à l’association qui accueil son  monde sur le trottoir avec au menu chaises des années 70, grand soleil et franche rigolade, au terrain vague, à la voie ferrée, pour un retour dans une cité HLM, curieusement très française, à d’immenses entrepots pour aboutir à un vaste parc, un magnifique pont au dessus du St Laurent : le pont Jacques Cartier.
Nous voilà déposer dans le quartier du Village (j’hais ce morceau de rue, beurkk que cette portion de rue Sainte Catherine) quartier gay, ah ouai ? porte mal son nom, le marais Parisien me manque tant quand je me retrouve là bas.)
 
Fin de la ballade, plus riche encore d’avoir chercher à savoir…
 

vraiment tout un pêché…. 26 mai 2008

Filed under: Montréal,notre petite vie — Aurélie @ 11:06
c’était il y a quelques semaines, mais que voulez-vous, le mois de mai a défilé à une vitesse folle, pas trouver le temps de vous montrer nos dernières photos.
Je profite d’un jour de congé après 6 jours de travail en ligne pour mettre le petit monde québecois à jour.
 
Je ne vous félicite pas ceux qui ont oublié mon anniversaire. Chouchou y a pensé et m’a offert un diner/souper fabuleux au restaurant le 5ème pêché. Ce n’était pas notre première visite. C’est sûr que c’est pas le restaurant dans lequel tu vas tous les jours, mais quand tu veux t’offrir un moment d’explosion gustative c’est la place.
Pourtant avant chouchou, moi on me trainait pas dans ce genre d’endroit, j’étais mal à l’aise avec l’idée de payer si cher pour de petites assiettes, persuadée que y’avait du foutage de gueule dans tout ça. Puis j’ai essayé, en évitant de regarder les prix de la carte et la note finale et je me suis laissée aller, j’ai pris le temps de sentir chaque bouchée, chaque odeur, chaque parfum. Ça a particulièrement fonctionné pour ce diner de fête, on est sorties repus, heureuses, c’était maladement bon (bon ok malademnt cher aussi). Mais disons que j’échangerai sans problème 6 resto frites burger contre un seul au 5ème péché.
 
 
C’est un endroit où l’on va en petit comité, histoire qu’aucune conversation anodine vienne vous distraire du spectacle de votre assiette, et de la magie qui se déroule dans votre bouche. Je vous le dis, je n’étais absolument pas convaincue, pourtant je dois l’admettre, les choses qui se passent à chaque fourchette sont orgasmiques. Il ne faut avoir aucune autre conversation, pour pouvoir parler de ce qu’on ressent, se laisser envahir par ce doux bonheur là.
On rêvait de goûter du phoque (et s’il vous plait renseignez-vous avant de chialer sur les bébés phoques, ça fait des années qu’on n’en tue plus, les phoques chassés sont en très grand nombre…) bref on voulait tenter l’expérience. Quelle expérience ! Il est rare de pouvoir goûter quelque chose de totalement étranger, auquel on ne sait pas à quoi s’attendre. Les 3 modes de préparation nous ont permis de voir l’éventail qu’offre la bête, surprenant ! délicieux ! Un mélange de bouilli de boeuf au goût de thon, une viande d’un aspect saignant au parfum très doux et fin. Impossible de venir à Montréal sans essayer cela !
Le reste du repas a été aussi magique, comment sont-ils capables de rendre la moindre petite carotte aussi bonne. Au dessert, à chaque couche, à chaque coup de cuillère, une nouvelle surprise, un nouveau parfum ! Du très très grand art ! Un restaurant où l’on se sent une star, un service digne des plus chics palaces avec une ambiance jean, basket. Vraiment tout un pêché !
 

la petite pièce qui est si grande… 28 mars 2008

Filed under: Montréal,notre petite vie — Aurélie @ 10:27
 Hier soir,  nous avons été fêter le théatre pour la journée mondiale du théatre, qui a lieu chaque 27 mars. Heureux hasard puisque nous ignorions l’existence de cette journée.
 Quelle excellente soirée, malheureusement pour vous, la pièce se donne jusqu’au 29 mars, alors courrez vite, peut être que…
 
Isabelle Blais c’est pas nouveau, je l’adore, je la trouve incroyable, troublante, émouvante, touchante…. et tous les mots en "ante" que vous pouvez imaginer! Elle me bluffe par son jeu, elle nous fait rentrer dans ses personnages, on y croit, elle est eux, c’est stupéfiant de talent. Pourtant elles sont pas mal félées les femmes qu’elle incarne. Mais toujours juste, approprié, fragile et fort à la fois.
 
Oui j’ai adoré cette pièce. Vous allez me dire que je manque de jugement, que je ne suis pas impartial, peut être… Toujours est il que je ne suis pas un monstre de culture, je ne maitrise pas toutes les subtilités du théâtre, je manque surement d’analyse et d’interprétation, mais tant pis. Je continue a aller voir les spectacles comme j’ai été voir les tous premiers de mon enfance, naïve, vierge, ouverte, sans attente, je suis juste là, spectatrice, prête à recevoir ce qu’on va me donner, j’évite de penser ou réfléchir, je regarde, j’écoute et surtout je ressens. Et puis soit j’aime, ça me touche, ça m’agace, ça me fait sourire et même rire, ou bien ça ne me fait rien et je pars ailleurs, j’oublie à peine dehors. Ce matin Grâce, Henry, Anne… je les porte avec moi, je les entend, je les imagine, cette pièce en haut de l’escalier je la visite encore, alors c’est comme cela que je sais que cette pièce est une merveille et un grand moment de plaisir.
 
On nous dit que c’est au spectateur de faire sa grille de lecture, de voir dans l’hypnose de Grâce, une façon de combler son vide ou bien une manière d’atteindre son mari, de le découvrir… j’ai moi même ma vision de sa quête, une analyse tirée de ma vie, mon quotidien, mon émotion d’hier soir. C’est bien cela l’essentiel, c’est ce que j’aime dans un spectacle, ne pas avoir toujours les réponses, qu’on me permette d’avoir les miennes, parce qu’elles sont toutes possibles.
 
Et si cette petite pièce, en fait, n’en était pas une… oui je le crois, c’est bel et bien une grande pièce…
La petite pièce en haut de l’escalier, 
 
TNM de Montréal
 
pièce de Carole Fréchette, mise en scène par Lorraine Pintal
 
distribution : Isabelle Blais, Julie Perreault, Louise Turcot,
Henri Chassé, Tania Kontoyanni et Jean Régnier

Un thriller contemporain inspiré du mythe de Barbe-Bleue. Les deux soeurs portent des noms de princesses. Et dans la tête de Grâce, il y a aussi Henri, son nouveau mari, qui porte un nom de roi et qui l’invite à vivre dans sa grande maison de vingt-huit pièces. Qu’est-ce donc que tout cela? Un conte de fées? Une histoire d’horreur? Henri est-il un prince charmant qui veut combler sa Grâce? Ou un pervers? Un violent? Et quelle est la véritable nature de cette maison? Qu’y a-t-il de si redoutable et de si attrayant dans cette petite pièce en haut de l’escalier? C’est un secret. Là, en haut de l’escalier, se trouve une pièce… comme on n’en a jamais vue!